Test d’urine : quand le faire et comment l’interpréter ?

Tout médecin connaît l’utilité de l’examen des urines, qu’il pratique aussi bien dans le cadre de la routine clinique (pour évaluer périodiquement l’état de santé du patient) qu’à des fins de diagnostic. L’urine, en effet, est un fluide de composition très variable contenant un grand nombre de molécules, qui représentent les produits finaux de différents métabolismes (normaux et pathologiques).

Quand faire le test d’urine ?

L’analyse d’urine fournit un large éventail d’informations sur la fonction rénale, la présence d’altérations et d’infections des voies urinaires, l’élimination de médicaments, de substances toxiques et de métabolites de différents types. En outre, à la demande expresse du médecin, il peut fournir d’autres informations en dosant des substances spécifiques.

Le test d’urine complet est un examen biochimique-physique et microscopique, c’est-à-dire qu’il comprend l’analyse de plusieurs paramètres physiques, chimiques et biologiques de l’urine. Une fois que vous avez recueilli le rapport de laboratoire, vous devez bien sûr l’apporter à votre médecin pour une évaluation appropriée. Cependant, conscients du fait que la curiosité de comprendre le rapport est grande, nous essayons de répondre à certaines questions courantes qui peuvent se poser à sa lecture.

L’analyse d’urine est un examen de routine classique, généralement prescrit par le médecin de famille (ou le pédiatre) pour étudier l’état de santé général et révéler la présence éventuelle de troubles tels que les infections urinaires, les problèmes rénaux, les calculs, le diabète. En général, les tests d’urine sont prescrits pour :

Caractéristiques physiques de l’urine

Couleur, transparence, odeur, volume et gravité spécifique sont des caractéristiques physiques de l’urine utiles pour donner une première indication de l’état de santé. En particulier :

Couleur de l’urine – La couleur typique de l’urine est le jaune paille, et l’urine doit être claire. Toute variation de couleur peut être associée à des causes spécifiques, pas nécessairement pathologiques. Par exemple, une urine rouge peut indiquer la présence d’hémoglobine (c’est-à-dire de traces de sang), mais elle peut aussi être trivialement due à la consommation de betteraves. Une urine foncée/brune peut être causée par la présence de bilirubine ou être l’effet de la prise de certains médicaments. De même, une urine jaune doré peut être causée par un excès de vitamine B2 ou par la prise de certains médicaments. Une urine verdâtre peut être causée par une infection, mais il est également possible que le prélèvement de l’échantillon n’ait pas été effectué de la bonne manière. Si vous laissez l’urine exposée à l’air pendant trop longtemps, elle deviendra verdâtre.

Odeur – L’odeur de l’urine normale est caractéristique, et ses variations peuvent être associées à l’état d’hydratation du sujet, à la consommation de certains aliments (par exemple, les asperges) ou à des maladies (par exemple, l’odeur d’ammoniac typique des infections causées par la bactérie Pseudomonas, ou l’odeur de sirop d’érable typique de la “maladie de l’urine au sirop d’érable”). Une urine excessivement malodorante doit tout de même déclencher une alarme.

Densité – La densité de l’urine se situe généralement entre 1010 et 1030. Des valeurs plus faibles peuvent être associées à une altération de la fonction rénale ou à un apport excessif de liquides, tandis que des valeurs élevées peuvent être associées à une déshydratation ou à une maladie cardiaque ou endocrinienne.

Les caractéristiques biochimiques de l’urine

Parmi les caractéristiques chimiques de l’urine, on trouve le pH (paramètre qui indique l’acidité) et la concentration de différentes molécules telles que les protéines, le glucose, les corps cétoniques, l’hémoglobine, la bilirubine et les nitrites.

Protéines – Les protéines dans l’urine ne devraient jamais dépasser une certaine limite physiologique, mais un excès peut s’expliquer par un certain nombre de raisons et il n’y a pas lieu de s’alarmer. S’il est vrai que la protéinurie (excès de protéines dans l’urine) peut être le signe d’une atteinte rénale, il faut d’abord établir si elle est transitoire ou non. En fait, un excès de protéines peut être provoqué de façon transitoire par la fièvre, le stress ou une activité physique intense. Chez les adolescents, il est donc également possible que la protéinurie soit causée par la station debout. En revanche, en cas de protéinurie persistante, le médecin examinera la situation pour évaluer les causes possibles.

Glucose – Un excès de glucose dans les urines (supérieur à 170-180 mg/dL), en revanche, amène le médecin à soupçonner que le sujet souffre de diabète sucré.

Corps cétoniques – Toujours en ce qui concerne le métabolisme glycémique, les corps cétoniques peuvent être mesurés dans l’urine. Il s’agit de substances produites par le foie, normalement présentes dans le sang à des niveaux faibles, qui augmentent dans certaines conditions tant physiologiques que pathologiques (jeûne, vomissements, fièvre, diabète).

Hémoglobine et bilirubine – Si l’on trouve de l’hémoglobine et de la bilirubine dans les urines, cela signifie que du sang est présent, alors qu’il devrait normalement être absent. Cependant, de faibles quantités de sang dans l’urine n’ont aucune signification pathologique.

Nitrites – Enfin, les nitrites représentent les déchets du métabolisme alimentaire : une concentration excessive de nitrites peut faire suspecter une infection des voies urinaires.

L’examen microscopique de l’urine

L’examen microscopique de l’urine permet de détecter la présence de cellules telles que les globules blancs, les globules rouges, les cellules épithéliales, les sels et les cristaux.

Globules blancs et globules rouges – La présence de peu de globules blancs et de globules rouges dans les urines n’a aucune signification clinique, surtout chez les femmes. En revanche, la présence d’amas de globules blancs ou d’un excès de globules dans l’urine est généralement associée à des processus inflammatoires en cours (par exemple, cystite, prostatite, urétrite), à des infections ou à d’autres maladies des voies urinaires ou d’autres systèmes et appareils.

Cellules épithéliales – Les cellules épithéliales, quant à elles, proviennent de l’écaille de la muqueuse du bas appareil urinaire, voire de l’épithélium vaginal ou urétral. En revanche, une quantité élevée peut faire suspecter une infection des voies urinaires.

Sels et cristaux – Enfin, les sels et les cristaux en quantités importantes sont liés à la densité et au pH de l’urine, et la présence d’une grande quantité de cristaux du même type oriente le médecin vers le diagnostic de calculs.