Qu’est ce qu’un empoisonnement à l’aspartame ?

Des poursuites ont été engagées devant trois tribunaux californiens différents contre douze entreprises qui fabriquent l’édulcorant artificiel aspartame comme substitut du sucre ou l’utilisent dans leurs produits. Ces procès ont été intentés dans les comtés de Shasta, Sonoma et Butte.

Des entreprises accusées d’avoir empoisonné la population avec de l’aspartame

Dans ces procès, les entreprises alimentaires sont accusées de fraude et de violation des garanties en distribuant aux enfants des produits tels que le Diet Coke, le Diet Pepsi, le chewing-gum sans sucre, les vitamines Flintstone, le yaourt et l’aspartame, alors qu’elles savent que l’aspartame, l’édulcorant qu’il contient, est une neurotoxine.

L’aspartame est une substance qui est déclarée comme additif. Il a une interaction avec d’autres médicaments (drogues), et a un effet synergique et de dépendance avec le MSG qui est un agent chimique hyper-sensibilisant. Le Dr John Olney a fondé le domaine des neurosciences, appelé excitotoxicité, dès 1970, lorsqu’il a mené des études sur l’acide aspartique, qui représente 40 % de l’aspartame, et découvert qu’il provoquait des changements pathologiques dans le cerveau des souris. En 1996, il a fait parler de lui dans le monde entier à propos du lien entre l’aspartame et la tumeur cérébrale. Le Dr Ralph Walton, professeur et président du département de psychiatrie de la faculté de médecine de l’université Northeastern Ohio, a écrit sur les comportements et les problèmes psychologiques causés par la dégradation de la sérotonine provoquée par l’empoisonnement aspartame.

Les maladies causées par l’aspartame

L’aspartame provoque des maux de tête, des pertes de mémoire, des convulsions, des problèmes de vision, le coma et le cancer. Elle aggrave ou imite les symptômes de maladies et d’affections telles que la fibromyalgie (rhumatisme musculaire), la sclérose en plaques, le lupus, le trouble déficitaire de l’attention, le diabète, la maladie d’Alzheimer, la fatigue chronique et la dépression. L’empoisonnement aspartame n’est plus à démontrer, d’où l’intérêt de l’omettre dans tous produits alimentaires. 

Les dommages causés au système cardiovasculaire

L’aspartame libère de l’alcool méthylique. L’empoisonnement chronique au méthanol qui en résulte affecte le système de dopamine du cerveau et provoque une dépendance. Le méthanol (alcool contenu dans les substances végétales sous forme d’ester méthylique) forme un tiers de la molécule d’aspartame et est classé comme un poison lourd pour le métabolisme et les drogues.

Les nouvelles récentes sont pleines de rapports d’athlètes de classe mondiale et d’autres consommateurs sains d’aspartame qui sont soudainement tombés morts. La mort subite peut être causée par la consommation d’aspartame, car le système cardiovasculaire est endommagé.

Le Dr Woodrow Monte a écrit dans un rapport sur l’aspartame, le méthanol et la santé publique : “Lorsque des sodas et des boissons non alcoolisées sucrées à l’aspartame sont consommés pour la perte de liquide pendant l’exercice physique et l’effort physique dans les climats chauds, l’apport en méthanol peut dépasser 250 mg/jour ou 32 fois la limite recommandée par l’Agence de protection de l’environnement pour la consommation de cette substance toxique.

L’autorité sanitaire dissimule les problèmes

Les effets de l’aspartame sont documentés par les propres données de la FDA (Food and Drug Agency). En 1995, l’Agence a été contrainte par la loi sur la liberté de l’information de divulguer publiquement une liste de 92 symptômes liés à l’aspartame, signalés par des milliers de victimes. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

H.J. Roberts, médecin, a publié le sujet médical “Maladies de l’aspartame : une épidémie inaperçue”, 1000 pages sur les symptômes et les maladies causés par ce poison neurotoxique, y compris l’histoire sordide de son approbation.

Les risques sanitaires connus depuis 1965.

Depuis sa découverte en 1965, le désaccord fait rage sur les risques sanitaires de ce substitut du sucre. En testant ces produits chimiques en laboratoire sur des rats, les chercheurs ont découvert que cette drogue peut provoquer des tumeurs cérébrales. Le 30 septembre 1980, la commission d’enquête de la FDA a contribué à rejeter la demande d’agrément.

Admission avec le soutien de Donald Rumsfeld

En 1981, le nouveau commissaire de la FDA, Arthur Hall Hayes, a ignoré cette décision de justice négative et a approuvé l’aspartame pour les textiles. Puis, comme le rapportent les archives du Congrès de 1985, Donald Rumsfeld, le PDG des laboratoires Searle, a déclaré qu’il consulterait ses hommes de main pour faire approuver l’aspartame. Rumsfeld faisait partie de l’équipe de transition du président Reagan et a nommé Hayes le lendemain de son entrée en fonction. Au cours des 16 dernières années, aucun représentant de la FDA n’a autorisé la mise sur le marché de l’aspartame.

Agrément dans les boissons depuis 1983

En 1983, l’aspartame a été autorisé pour une utilisation dans les boissons gazeuses. On le trouve aujourd’hui dans plus de 5 000 aliments, boissons et produits pharmaceutiques. Le neurochirurgien Russel Blaylock, MD, rédacteur en chef de “Excitotoxines : le goût qui tue” écrit sur le lien entre l’aspartame et la dégénérescence maculaire, la cécité due au diabète et le glaucome (connu comme le résultat de l’accumulation d’excitotoxine dans la rétine).

Toutes ces maladies dégénératives des nerfs sont aggravées par l’aspartame. En outre, nous avons maintenant la preuve que les exotoxines jouent un rôle majeur dans l’aggravation de la sclérose en plaques et d’autres troubles, notamment la névralgie du trijumeau. Selon M. Blaylock, de nouvelles études montrent que les exotoxines provoquent une augmentation significative des radicaux libres dans les vaisseaux sanguins, ce qui signifie que l’aspartame peut provoquer une augmentation des crises cardiaques et des infarctus (artériosclérose).

Cancer, cancer, et encore cancer

Selon des études originales, l’empoisonnement aspartame a provoqué le cancer du cerveau, du sein, de l’utérus, des ovaires, des testicules, de la thyroïde et du pancréas.

Les défendeurs dans la procédure sont Coca-Cola, PepsiCo, Bayer Corp, la société Dannon, William Wrigley Jr, ConAgra Foods, Wyeth Inc, la société NutraSweet et Altria Corp. (société mère de Kraft Foods et Philip Morris). Les plaignants ont demandé une injonction pour interdire aux entreprises de produire, fabriquer, transformer, vendre ou utiliser de l’aspartame.

Faites attention à ce que vous ingérez

Suite à toutes ces informations, il est temps de prendre garde quant à tout ce que vous consommez. Il est conseillé de bien vérifier les étiquettes avant de vous précipiter pour goutter la succulente saveur des produits alimentaires. L’aspartame est mauvais pour la santé, pourtant, autant de produits alimentaires le contiennent. Cet édulcorant est moins cher à produire, il peut bien remplacer le sucre dans plusieurs produits alimentaires. Les grandes entreprises dans le domaine le préfèrent car il a 200 fois plus de pouvoir sucrant.