Médecine douce VS l’antidépresseur

une des raisons pour lesquelles l’antidépresseur perd du terrain

La dépression est une maladie qui touche actuellement un grand nombre de personnes. Une maladie pas du tout facile à diagnostiquer et qui se caractérise généralement par un état de grande tristesse, de perte de motivation et du sentiment de plaisir, on ne peut la traiter qu’on connaissant sa cause. La médecine classique répond aux psychotropes pour aider les personnes atteintes, alors que la médecine douce soigne la dépression par des moyens naturels comme des activités physiques.

La vie n’est pas toujours aussi simple, malgré les sourires qu’on affiche sur nos lèvres. C’est pourquoi on assiste à de nombreux cas de dépression. Une maladie qui touche principalement notre mentalité, elle se reconnaît par un profond mal-être et une grande angoisse qui peut se manifester périodiquement ou de façon constante et dure ainsi pendant des jours, des semaines, voire des années. La réponse à cette maladie a été depuis longtemps la prise d’antidépresseur. Un type de médicament qu’on retrouve dans la famille des inhibiteurs de la monoamine-oxydase et qui sont connus sous l’appellation IMAO, des imipraminiques ou tricycliques et des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine. Il existe certes un choix qui peut s’adapter à différents cas et présentations de la maladie, mais les effets indésirables sont souvent trop lourds. Les patients préfèrent ainsi se soigner avec les méthodes de la médecine douce qui n’utilise que des produits naturels comme un complément alimentaire en méthionine ou des moyens naturels tels que le yoga et les activités physiques. Pour soigner la dépression effectivement, la médecine douce se base essentiellement sur le concept de la relation de cause à effet. Quand on se sent déprimer et angoisser, il y a toujours derrière ce mal-être une raison bien précise. Une raison qu’on doit cerner avant de propose le traitement adéquat. Ainsi, à la base des traitements proposés, on retrouve les compléments alimentaires nécessaires à la recapture de la sérotonine, la substance neurotransmetteur responsable de la transmission des influx nerveux aux neurones. Le principe est donc d’augmenter le taux de cette substance dans le cerveau en renforçant la recapture de la sérotonine par un régime alimentaire forte en oméga3 et en tryptophane. Des éléments qui permettent de fabriquer de la sérotonine naturelle. Ce régime, pour être plus efficace, sera également accompagné de supplément alimentaire issu des plantes millepertuis et du griffonia simplicifolia. En appoint à ces traitements, des thérapies complémentaires sont aussi nécessaires pour mieux traiter la dépression à tous les stades. Ainsi, l’activité physique augmente la production de sérotonine, tout comme le yoga qui permet de modifier convenablement l’action de la sérotonine sur les neurones.